frais d'avocats

Frais d’avocats : réduire la somme à débourser

Nombreux sont celles et ceux qui craignent la facture de l’avocat.

Et pour cause, lorsque les honoraires sont fixés au temps passé, le montant final à verser est imprévisible (et donc source de stress).

Lorsque l’avocat fixe un forfait, la grande majorité des particuliers tombe des nues devant le prix à payer.

Pourtant, derrière les sommes élevées que représentent les honoraires, il n’y a pas une grande part de rémunération pour l’avocat.

On vous explique tout ci-après (1), et on vous présente également deux solutions pour réduire la somme à débourser, sans faire de concessions sur le choix du meilleur avocat (2).

 

  1. Des honoraires élevés principalement à cause des charges et des taxes

On reproche souvent aux avocats de ne pas être transparents sur leurs honoraires, et à cette critique s’ajoute généralement l’image de l’avocat qui roule en Porsche…

Pourtant, la grande majorité des avocats vit loin des voitures de collection, et ne fait pas de grandes fortunes.

Car ne pensez pas que l’avocat empoche le chèque de 1 500 € que vous lui avez fait pour vous représenter contre votre employeur !

En réalité, il faut déduire des honoraires la TVA (20%) puis les charges (impôts et cotisations divers, charges locatives, matériel informatique et logiciels, salaire des secrétaires, etc), pour voir la réelle rémunération de l’avocat.

Par exemple, lorsque votre avocat encaisse 1 200 € TTC, il ne perçoit que 355 euros d’honoraires nets. Cela fait un ratio de 3,38 ![1]

A noter que si les charges varient en fonction du Barreau, de l’ancienneté d’installation, ou de l’adresse du cabinet[2], elles restent toujours très élevées.

Or, dans la mesure où les procédures sont généralement longues (entre 6 mois et 2 ans pour avoir une première décision selon le type de contentieux), votre avocat va travailler de nombreuses heures sur le dossier et ne peut pas travailler à l’œil, sous peine de s’endetter et de faire faillite…

 

  1. Des solutions pour faire baisser les coûts mais pas la qualité de votre défense

Au lieu de chercher à tout prix à avoir un avocat moins cher, en demandant des devis par-ci par-là, et en renonçant à un avocat expert dans votre type de litige ou avec lequel vous avez particulièrement accroché, vous pouvez envisager deux solutions.

 

–          Mutualiser les frais de l’action en justice grâce à l’action collective 

Si votre litige concerne l’environnement, la santé, les données personnelles, les discriminations ou la consommation, vous n’êtes peut être pas le seul à subir des préjudices.

Dans ce cas, si c’est la même personne qui est responsable, vous pouvez vous rassembler derrière un seul avocat, et aller en justice tous ensemble.

Les honoraires de l’avocat seront mutualisés (puisque le temps de recherches juridiques et de rédaction est le même que pour un seul dossier), ainsi que d’autres frais de justice (notamment les frais d’huissier).

Si vous pensez que votre affaire peut concerner d’autres personnes, ne vous battez plus seul et soumettez dès maintenant votre projet d’action sur V pour Verdict.

 

–          Vous rapprocher de votre assurance pour savoir si vous bénéficiez d’une protection juridique  

Dans le cadre de certains contrats d’assurance, vous pouvez avoir souscrit une protection juridique.

Si votre litige concerne par exemple votre logement ou votre propriété, ou encore un accident de la circulation, vous bénéficiez probablement d’une telle garantie.

Dans ce cas, votre assurance prendra tout ou partie des honoraires de votre avocat en charge, et vous restez 100% libre du choix de votre avocat.

 

D’autres solutions peuvent être envisagées, comme le crowdfunding sur des plateformes dédiées, pour les actions portées par des associations.

 

[1] Ce ratio est celui d’un avocat exerçant seul, et non au sein d’un cabinet regroupant plusieurs avocats.

Le fait d’exercer au sein d’une société ou d’une association d’avocats réduit sensiblement les charges.

[2] Les cotisations à l’Ordre diffèrent selon les Barreaux, ainsi que le prix du loyer.

Partager cet article :

2 Comments

  1. Anne Elbet sur octobre 5, 2018 à 3:38

    Très bon article, tout à fait explicite ! Félicitations !

    • Elisabeth GELOT sur octobre 8, 2018 à 8:03

      Merci beaucoup !

Laissez un commentaire